Quelques LE CORFF au fil des archives P 15 

Alain LE CORFF:

Prêtre – recteur (Moustoir’Ac – Guénin)

Alain LE CORFF apparaît comme prêtre de Moustoir’Ac (demeurant au village de Pen Mené au moins en 1669) et, dans le dernier acte de 1675,  recteur de Guénin où il est mort en cette qualité le 5 décembre 1686.

Il cité 51 fois, à Moustoir’Ac, sur une période de 31 ans, entre 1644 et 1675 : 46 fois comme parrain et 5 fois en tant que témoin lors de mariages. En revanche, son nom n’apparaît dans aucun acte de sépulture.

Si l’on considère qu’il a pu accéder à la prêtrise vers 20 ans, cela le fait naître autour de 1620-1628.

Alain LE CORFF a donné son prénom à 21 garçons à Moustoir’Ac, paroisse avec laquelle il a conservé un lien fort. Au demeurant, le prénom Alain est particulièrement présent à Moustoir’Ac.

Il semble donc assez probable que celui-ci est né à Moustoir’Ac.

Il pourrait s’agir de celui né le 6 février 1622, de François et Ollive LE DIVENAH. Parrain: Allain LE CORF ; Marraine: Yvonne RIO.

Dans la même période naît à Bignan, le 22 décembre 1627, un Allain LE CORFF fils de défunt Jacques et Jullienne LE BOUHEC. Parrain: Alain DANIEL ; Marraine: Janne LE BRETHON femme d'Allain MORICE.

Sur les 51 actes signalés précédemment, seuls 6 font intervenir un(e)  LE CORFF.

5 d’entre eux sont de Moustoir’Ac ; 1 est originaire de Plumelin.

Type d’acte

Date

Parties

B

1

1644 / 5.05

Allain LE CORFF né ce jour de Guillaume et Ollive GILLET. Pn: Missire Allain LE CORFF. Mn: Janne JOSSIC.

B

2

1645 / 28.03

Ollive LE PADRUN née ce jour de Yves et ( ) SEVENO. Pn: Missire Allain LE CORFF. Mn: Ollive LE GRAND

B

3

1645 / 15.04

Allain LE TURNIER né ce jour de Yvon et Georgine SEVENO. Pn: Missire Allain LE CORFF. Mn: Janne JEGAT

B

4

1645 / 15.09

Georgine SEVENO né ce jour de René et Perrine DUBOIS. Pn: Missire Allain LE CORFF. Mn: Georgine SEVENO

B

5

1646 / 13.09

Jan THEBAUD né ce jour de Jan et Guillemette LORJOUX. Pn: Missire Allain LE CORF. Mn: Janne JOSSI

M

6

1648 / 24.02

François ALANO et Janne DANNO de cette paroisse. Tn: Missire Guillaume JEZO, Guillaume DANNO et Missire Alain LE CORF (S

B

7

1648 / 15.12

Françoise DANIELLO fille de René et Allanette GILLET. Pn: Missire Allain LE CORF. Mn: Françoisse GILLET

B

8

1649 / 31.03

Olive LE CORF fille de Guillaume et Janne HALBERH. Pn: Missire Allain LE CORF (S). Mn: Olive LE GUILLO

B

9

1649 / 28.04

Gillette EHANNO fille de François et Louise CARO. Pn: Missire Alain LE CORF. Mn: Gillette LE SAN

B

10

1649 / 30.09

Allain DENIS fils de Louis et Perinne NAIZIN. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn: Louise SIMON

B

11

1649 / 31.10

Guillemette LE CORF fille de Alain et Clemence MERIAN. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn: Guillemette LE CORF

B

12

1650 / 30.01

Alain DAGORNE fils de Eustache et Peronnelle HYLARI. Pn: Missire Alain LE CORF. Mn: Françoisse LE PRAT

M

13

1650 / 28.02

Yves LE DENVIC et Marie ROBIC, les deux de cette paroisse. Tn: Missire Guillaume JEZO, Missire Alain LE CORF (S), Pierre LE DENVIC, Jac ROBIC.

B

14

1650 / 20.04

Alain JEZO fils de Olivier et Alanette OFFREDO. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn: Janne LE PADRUN

B

15

1650 / 19.09

Alain MORICE fils de George et Yvonne LAMOUR. Pn: Missire Alain LE CORF. Mn: Julienne  ( )

M

16

1650 / 1.08

Hierome HILARI ete Guillemette LE GRAND, tous deux de cette paroisse. Tn: Missire Pierre LE TEXIER, Missire Alain LE CORF (S) et Marc HILARI

M

17

1650 / 1.08

Julien JEGAT et Marie LE BOUHEC, tous deux de cette paroisse. Tn: Missire Guillaume JEZO, Missire Alain LE CORF (S), Louis et Michel les JEGAT

B

18

1651 / 8.04

Alanette OILLO fille de Alain et Janne NAIZIN. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn: Janne OILLO

B

19

1651 / 30.08

Janne LE GARG... fille de Yves et Perinne POUPONNEN. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn: Janne MOUREAC

B

20

1652 / 24.08

Guillaume LE ROUX fils de Jan et Janne OLIVIER. Pn: Missire Alain LE CORF. Mn: Guillemette OFFREDO

B

21

1654 / 7.03

Alain DUBOIS fils de Louis et Louise ROBIC. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn: Janne ROBIC

B

22

1654 / 21.11

Louis QUEGEO fils de François et Perinne ALAIN. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn: damoiselle Marie Louise DE LA CHESNAY. (signatures)

B

23

1655 / 2.02

Guillaume JEGAT fils de Michel et Guillemette LE PADRUN. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn: Guillemette LAYGO

B

24

1655 / 14.03

Alain LE BELECGO fils de Pierre et Jacquette LAMOUR. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn: Louise HUCHON

B

25

1656 / 1.03

Alanette DUBOIS fille de Guillaume et Catherine JAFFRE. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn: Jacquette JEGAT

B

26

1656 / 4.03

Guillemette CORFMAT fille de Jan et René PICAUT. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn: Guillemette ALANIC

B

27

1656 / 18.10

Alain LE CORF fils de Jan et Françoise GILLET. Pn: Missire Alain LE CORF. Mn: Janne CADORET

B

28

1657 / 27.02

Alain PERONO fils de Guy et Guillemette DAGORNE. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn; Margueritte DAGORNE

B

29

1657 / 16.03

Julienne LE GRAND fille de Julien et Perine LE BOUHELEC. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn: Julienne LE GRAND

B

30

1657 / 13.07

Louis LE HAINE fils de Jan et Alanette LE BERRIGAUT. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn: Louise ROBIC

B

31

1657 / 30.07

Julienne LE POL fille de Gilles et Janne DANIELLO. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn: Julienne FOUHANNO

B

32

1657 / 19.08

Alanette SEVENO fille de Guillaume et Perine LE GRAND. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn: autre Perine LE GRAND

B

33

1660 / 21.01

Allain DENIS fils de Pierre et Janne DRIANNO. Pn: Missire Alain LE CORF. Mn: Marie DENIS

B

34

1660 / 17.04

Alain DE CLYSON né ce jour de Messire François DE CLYSON et dame Marie DE LA CHESNAYE. Pn: Missire Alain LE CORF. Mn: Dame Michelle DE LA CHESNAYE

B

35

1660 / 24.04

Jan GUIPOUL fils de Yves (S) et Janne MANDARD. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn: Janne JOSSIC

B

36

1661 / 2.06

Alain DANNO fils de Louis et Noëlle OILLO. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn: Guillemette DANNO

B

37

1661 / 12.08

Alanette HILARI fille de Guillaume et Guillemette JEZO. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn: Alanette OFFREDO

B

38

1661 / 11.09

Alain CADORET fils d'autre Alain et Guillemette LE CORF. Pn: missire Alain LE CORF (S). Mn: Olive GILLET

B

39

1661 / 29.12

Michelle LE PADRUN fille de Guillaume et Janne DANNET. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn: Michelle LE PADRUN

B

40

1662 / 8.03

Alain HILARI fils de Vincent et Guillemette LE FRANGER. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn: Noëlle HILARI

B

41

1663 / 25.01

Alain LOUAILLE fils de Michel et Françoise MANDARD. Pn: Missire Alain LE CORF. Mn: Jacquette RAGUEDAL

B

42

1663 / 7.06

Alain JEZO fils de Yves et Guillemette OFFREDO. Pn: Missire Alain LE CORF. Mn: Janne LE PADRUN

B

43

1664 / 24.05

Perinne SANSON fille née ce jour de Guillaume et Julienne LEVENE. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn Perinne LE GRAND

B

44

1665 / 19.06

Alain DENIS fils né ce jour d'autre Alain et Marie LALICE. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn: Vincente GUILLEMET

B

45

1666 / 21.03

Guillaume HOUDIN fils né ce jour de Louis et Michelle LE GALIOT. Pn: missire Alain LE CORF (S). Mn: Guillemette LE VAILLANT

B

46

1666 / 10.11

Anne BELEC dite DANNO fille née hier de Yves et Guillemette LE BIGAUT. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn: Anne DREANO

B

47

1669 / 4.02

Alain LE BELLEGO fils né ce jour de Guillaume et Janne LE BOULAIR de Quergra. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn: Janne PRISART dudit Quergra.

B

48

1669 / 16.05

Alanette CAUDAL fille née ce jour de Pierre et Janne QUERMOY du bourg. Pn: Missire Alain LE CORF (S) de Penmené. Mn: Alanette LAMOUR du bourg

B

49

1669 / 14.09

Alain SAMSON fils né ce jour de François et Perine LE BOULAIR de Lhospital. Pn: Missire Alain LE CORF (S) de Penmené. Mn: Guillemette LE BIGAUD de Quervehel.

B

50

1670 / 6.04

Alain CADORET fils né ce jour de Grégoire et Marguerite GUILLEMET du bourg. Pn: Missire Alain LE CORF (S). Mn: Janne GUILLEMET de Querhuehel

M

51

1675 / 10.06

Jan LE METAYER de cette paroisse et Olive LE CORF de PLUMELIN. Tn: Missire Alain LE CORF (S) recteur de GUENIN, Alain LE CORF, Jan et Hierome les METAYER.

 


Destins croisés des HOGGUER et des LE CORFF à Bignan

Yves LE CORFF de KERGOMARS ou la folie des grandeurs ?

Le hasard des recherches et des échanges a mis en évidence la surprenante et éphémère ascension sociale, au XVIIIème siècle, d’un certain Yves LE CORFF vivant à Bignan, lequel s’est confronté aux puissants seigneurs de Kerguéhennec, les HOGGUER.  Avant d’examiner les faits, resituons le contexte d’alors.

L’histoire du château et des seigneurs de Kerguéhennec

Au Moyen-Âge, Kerguéhennec est un modeste fief dépendant de la seigneurie de Bignan, lieu de haute justice en 1480. Détaché au profit de la famille de Kermeno à la fin du XVème siècle, il devient le siège de la vicomté de Bignan par l’alliance des Kermeno et des Rosmadec au XVIIème siècle. En 1703, les frères HOGGUER, banquiers suisses protestants originaires de St -Gall, en Suisse, qui résident à Paris, rachètent à la famille DU GARO DE KERMENO la très vaste seigneurie de Bignan.

C’est dans ces conditions que Daniel HOGGUER apparaît sous le titre de comte de Bignan, né en 1659 de Jean-Jacques HOGGUER, de St -Gall.

Daniel HOGGUER se marie avec Salomé RIETMAN. Il leur naîtra au moins une fille, Marguerite HOGGUER, née en 1694, mariée en 1714 avec Henry SCHERER

Le frère de Daniel, Marc-Frédéric HOGGUER est né en 1655, marié en 1678 avec Elisabeth LOCHER.

Les deux frères seraient morts la même année, en 1731.

Ils décident de construire une plus grande demeure à la place du modeste manoir de Kerguéhennec. Ils s’adressent pour cela à l’architecte Olivier DELOURME.

En 1732, les héritiers des banquiers HOGGUER revendront la seigneurie de Bignan à Guy-Auguste de ROHAN-CHABOT.

Comme cela a été noté, les HOGGUER ne résidaient pas à Kerguéhennec mais demeuraient à Paris. Dans ces conditions, ils avaient choisi de confier la gestion du domaine à Yves LE CORFF, en qualité de fermier.

Qui était Yves LE CORFF de Kergomard ?

Né à Bignan, vers 1665, il était le fils aîné de François LE CORFF, maître maréchal-ferrant à Tréhardet, et de Marie CAIGNART. Le village de Tréhardet jouxte, à l’Ouest de la Claie qui l’en sépare, le château de Kerguéhennec.

Huit autres enfants étaient nés du couple : Guillaume (env.1667-1740), Yvonne (née en 1671), Mathurine (née en 1673), Guy (né en 1675), Jean (1676-1737), Jacques (né en 1678), François (né en 1681) et Louis né en 1682.

Il est à noter que Mathurine LE CORFF, la seconde fille de François et Marie CAIGNART, avait également était unie à un homme de petite noblesse, Joseph de KEREL sieur de KEROY, natif de Réguiny et demeurant à Crédin. Le mariage fut célébré à Bignan le 28 janvier 1714. Il semble que Mathurine ait vécu plus tard à Guégon.

Dans l’ensemble des actes, Yves est dit sieur de Kergomard (ou Kergomars) qui est un village de Bignan, à l’Est de Kerdavid, vers Guéhenno. Ce titre n’est porté par personne d’autre, ni avant ni après lui. C’est dans ce village que mourut son père, en août 1695. Yves LE CORFF n’y est pas cité parmi les témoins présents tandis que ses frères Guillaume et Guy s’y trouvent.

François LE CORFF aurait-il donc acquis suffisamment d’influence et d’autorité dans l’activité honorée de maréchal pour pouvoir assurer ainsi à deux de ses enfants des unions d’un certain prestige ?

L’accusation et le contexte du procès

Le seigneur de HOGGUER, Chevalier seigneur vicomte de Bignan, Le Garo, Loyon, Kerguéhennec et autres lieux, vivait donc à Paris. Les minutes du procès laissent entendre qu’il aurait eu connaissance d’agissements illicites de son fermier à l’occasion d’un déplacement qu’il fit dans ses terres de Bretagne. Son projet aurait été d’écarter Yves LE CORFF et de s’en remettre à l’arbitrage des recteurs de Bignan et du sénéchal.

« Le sieur hogguer se regardant dans son acquist comme en bon pere qui en doit maintenir la paix et la tranquillitté, si elle n'en a pas eté chassé et l'y retablir si elle ne s'y trouve plus, s'informa d'abord et de la situation et du caractere des uns et des autres, il fut visiter et visita partout, il y aprit que lecorff avoit si cruellement pillé les terres, vexé les paisans et vassaux, et corompu la plus part des officiers et les autres gens suceptibles qu'il avoit en quelque façon, tout le bien du pais voisin et qu'il le tenoit d'ailleurs en suggestion par des credits qu'il s'estoit (du moins pour la plus grande partie) attiré par des causeance et par d'autres voies iniques.

Un poëte l'a dit et rien n'est plus veritable, raro ante cedentem celestum deserit pede a poenae Claudo". Le ciel iritté de tans de dereglements dans un seul homme [il s’agit d’Yves LE CORFF] de cette nature a fait avancer la [?] des terres saizies et en bail ; et le sieur hogguer est demeuré adjud.re et comme une permission divine est venü en personne faire visitte sur les lieux pour en sçavoir le sçisteme. La demarche en estoit d'autant plus sage et plus equitable qu'il n'est que trop rare que les fermiers adjudicataires ne se [?] pas de tout ce qu'il leur convient des terres dont ils ont la jouissance et que la chose n'estoit que trop outree a son egard.

Que fist sur cela le sieur Hogguer il n'a jamais cherche la mort du pesheur, il perusa seulement a lui ôster amiablement les moyens de continuer ses vexations. Il le fist apeller, il luy proposa de le paier de tout ce qui luy estoit deub par les uns et les autres, en justifiant valablement des credits qu'il pouvait avoir sur eux, et conveïnt à cette fin de deux a trois personnes ; Il avisa(?) des sieurs Recteurs et seneshal de Bignan et offrit de les en croire, il laissa ordre de luy compter de l'argent sur ce qui seroit resglé par les arbitres nommés, s'en retourna a paris (...). »

Si elle fut entreprise, cette procédure amiable n’aboutit pas puisque le sieur de HOGGUER finit par dresser un acte d’accusation étoffé et engagea un procès contre son fermier, en 1707. Une sentence paraît avoir été rendue le 27 novembre 1707.

Yves LE CORFF était accusé  d'un nombre impressionnant de malversations (vols d'arbres, de pierres du château, détournement de fonds, abus de pouvoir sur les métayers) commis dans les dépendances du sieur de HOGGUER.

C’est dans ce contexte qu’est dressé, en 1708, un portrait peu flatteur non seulement d’Yves LE CORFF mais également de sa famille :

« Dans le fait lecorff est né dans les terres de la Seigneurie dont le sieur hogguer est possesseur dont la plus grande partie des temoins qui ont deposé au procès sont au moins domiciliers. Il est né dans une petite chaumine dependante d'une des methairie de la portte du chateau telle qu'un pauvre mareschal de campagne, sans aucun fond, peut avoir gratis pour son logement.

Guillaüme lecorff son frère sest contenté du mestier de son pere, il est actuellement ferrant à la porte dud chateau de Kguehenec ; mais lui plus ambitieux que son origine ne semble le permettre sest attiré de ce pere une predillection aveugle, egalement indiscrette et singuliere . Pour remplir entierement ses vastes desseins, il s'est surtout attaché d'abord  a la pratique, il n a pris tous les raffinements sans rien oublier de ce qu'elle a de plus [?], il a ensuite menage sa fortune et s'est fait adjudicataire des baux, des terres et saizies sur le sieur marquis du gareau, et par ses ruses criminelles il a si bien sçeü se faire craindre que les vassaux ont estez forcés de se soubmettre a tout ce qu'il a souhaitté d'eux, ils [?] rien a [?] [?] qui ne fut tost a luy, argent, grains, heritages et credits, tout l'accommodoit, et tout lui était cedé quand il en avait envye, au prix qu'il en vouloit donner, les terres memes dont il etoit fermier n'estoit pas exempte de ces pillages de sorte qu'en six années de temps qu'il a parü dans une fortune des plus considerables tant par les acquests continuels que par les batimens [?] en differens endroits, et par les depenses privées pour sa propre personne, stupuere patres Conamina tauta?

S'il n'avoit pas exercé ses injustices que par des voix ordinaires elles eussent peu demeurer ensevellies, mais comme on [?] par des actes reitérés, il a bû l'iniquitté comme l'eau ; et peu satisfait de s'engraisser des süeures et du sang des pauvres paisans que sa qualitté d'adjudicataire lui soubmettoit, il s'est enflé d'orgueuille, il s'est crû audessus de toutes les puissances il a méprisé les lois les plus sacrées les plus inviolables et levant le masque il sest par tout fait connaître pour ce quil est pour un homme qui na ny religion ny humanitté, qui na point dautres Dieu que ses passions et qui sest fait un principe que sont honneste lorsquil est uttil, il est vrai que feu georges caignard, son grand pere maternel a esté condemné aux galleres ou il a servi 22 ans entiers et il est certain que cette famille est tout des plus mesprisables  du pais Improborium Improba Soboles.

(...) une canaille ramassée de parents et domestiques affidés dud lecorff et alliez de guillaume lecorff son frere marechal comme sont tous les [?] père fils et filles même lad ollive Estienne tante de barbe estienne et mere dud. marechal fille de louis Etienne aussi causeant? dud. Le Corf et tous demeurant? sous la sensure des monitoires et [?] publiés a requeste du sieur hogguer par avoir eté gaignés par le corff son frere et belle soeure et autres ses emissaires des filles et des femmes qui lui ont toujours esté commodes a ne luy rien refuser (...)"

En 1708, il est dit que "le sieur de HOGGUER se plaint pour la troisième fois de différentes concussions et vexations commises par ledit LE CORFF tant par fausses mesures, sollicitations (...)"

Une partie importante des minutes consiste en la description de la procédure suivie, de la production des pièces et de la déposition de près de 90 témoins.

L'accusation portée contre Yves LE CORFF concerne spécialement le détournement de sommes qu'il s'est fait remettre contre quittances, le refus de donner quittances, le fait de retenir des actes acquittés sans reconnaissance, des fausses déclarations.

Il est fait état d'un rapport établi par un certain LE SOUCHET?, procureur, dès le 15 juillet 1697.

Il semble qu'à cette époque Yves LE CORFF ait été incarcéré, sans doute à Vannes, où sa déposition a été reçue.

Un grand nombre de témoins est appelé sur Bignan et différentes paroisses voisines (St Allouestre, St Jean, Guéhenno, Cruguel, Locminé), notamment : Mathurin SEVENO, Julien FARAUT, Olivier LE BRAZEDEC dit Yvonneau, Teixier LE PRé, Louis RIO, Jean MARTIN, François LE GALIDEC, Armel CATO, Pierre SOUCHET, Daniel MASSON, DANIELO dit Saux Michel hôte à Saint Allouestre, Vincent MAUGAN, Louis LOUET, Yves LE BRETON, Guillaume GILLET, Jacques CASSAT, Julien BOUQUEN, Yves LEGAL, le sieur CLOUEREC marchand à Vannes, le recteur de Saint-Allouestre, le greffier VERSIGNAN?, le procureur fiscal de Bignan, son père, le sieur de QUERBOULHER de Locminé.

Son également cités :

L’arrêt du 23 janvier 1708

Un arrêt est rendu le 23 janvier 1708 aux termes duquel Yves LE CORFF est condamné à servir comme forçat dans les galères du Roy pendant dix ans, à six cents livres de réparation au sieur HOGGUER et à cinq cents livres d'amende.

Il est condamné de surcroît, à titre d'indemnités, à cinquante livres au bénéfice de l'église paroissiale de Bignan, cinquante livres pour l'église paroissiale de St Allouestre et quatre cents livres dues, pour moitié, aux pauvres de chacune de ces deux paroisses. Il est encore condamné à tous les dépens.

Le même arrêt condamne Olivier LE BRAZEDEC dit Yvonneau à être « pris au corps et constitué prisonnier aux prisons royaux (sic) de ce siège pour répondre aux conclusions du procureur du Roy ».

Il ne semble pas que cette décision ait mis un terme à la procédure qui semble s’être poursuivie jusqu’en 1713 d’après les références portées sur les documents microfilmés par les Archives départementales du Morbihan. Une partie importante des documents reste à consulter.

Les suites du procès

En tout état de cause, la décision de 1708 ne paraît pas avoir bouleversé la vie d’Yves LE CORFF. En effet, celui-ci se maria avec Jeanne LE ROY, le 11 janvier 1714, à Rennes dans la paroisse St Jean d’où la jeune femme était originaire (soit l’année qui aurait suivi la fin du procès et quelques jours avant sa sœur Mathurine avec le sieur de KEREL). Les témoins furent :

Le marié signe « Quergommart Le Corff » comme s’il tenait à mettre spécialement en relief son titre fraîchement acquis par rapport à son patronyme.

 Voir la photo de l'acte de mariage d’Yves LE CORFF sieur de Kergomard et Jeanne LE ROY 

Pourquoi et dans quelles circonstances a-t-il rencontré sa future épouse issue de la bonne bourgeoisie rennaise et apparentée à la petite noblesse morbihannaise ? Nous l’ignorons. Toujours est-il qu’il est encore présenté comme ‘sieur de Kergomard’. Alors, aurait-il pris le parti de s’éloigner de Bignan pour chercher une épouse bien dotée en se prévalant d’un titre avantageux mais bien précaire ?

Yves LE CORFF et Jeanne LE ROY s’étaient installés à Ker David. Douze enfants naquirent de leur union, dont six morts dans leur jeunesse ou adolescence :

            Marguerite Yvonne

° Bignan (Kerdavid) 29.01.1715 ;

Pr : Messire Pierre de MALESTROIT (s.), chevalier seigneur de la porte de Keralio / Mr : Marguerite LE CLERC (s.), dame de La Haye ; Sign. : Sébastien DUFOUSSE

+St Jean 20.07.1715 Tn+ Guillaume LE CORF, Jacques OGE du Haut Govero

Joseph

°1716 ? ;

+St Jean (Kergal) 19.02.1717 dit "Kergommar"(filiation incertaine)

Yves

° Bignan (Kerdavid) 3.02.1717

Pr : Yves LE CORFF de Tréhardet / Mr : Yvonne MARTIN du Resto

Yves Joseph

° Bignan (Kerdavid) 27.01.1718 ;

Pr : Joseph MOYSAN de Keras / Mr : Dlle Yvonne LE BOUHOULLEC (s.) du Bourg

+Guéhenno (K/Ioudin?) 8.02.1718 ; inhumé dans la chapelle St Joseph

Joseph Marie

° Bignan (Kerdavid) 20.02.1719 ; Baptême le 16.05.1734 (différé le 3.02.1719 par dispense de M. l’abbé de Langle, vicaire général)

Pr :Jean-Baptiste LE ROY sieur du Hautval (s.) / Mr : Dlle Jeanne LE CORFF, sœur de l’enfant ; Autres sign. : De CORVAISIER, inspecteur général des domaines de Bretagne ; B. LE BOUHELEC, sénéchal

Joseph Jacques

° Bignan (Kerdavid) 1.05.1720

Pr : Jan LE CORFF du Resto / Mr : Guillemette CADORET de Quélennec en Moustoir-Ac

Anne René

° Bignan (Kerdavid) 10.11.1721

Pr : Me René PERROTEAU (s.) notaire et procureur de la Jur. de Trébimoël, du Bourg / Mr : Mathurine LE CORFF fille de Jan LE CORFF du Resto, nièce d’Yves

Jean Baptiste

°Bignan (Kerdavid) 2.01.1723 ;

Pr : Mathurin  LE CORFF de Kerlene / Mr : Dlle Jeanne LE CORFF, sœur du baptisé ; Tém. au + : Dlle Janne LE CORFF (s.), demoiselle de Quergomar, sa sœur ;Guillaume MOIZAN, Guy RICHART

+ Bignan (Kerdavy) 6.08.1741

Pélagie

° Bignan (Kerdavid) 11.10.1726 ;

Pr : Messire Joseph de KEREL, seigneur du Val et de Keroys / Mr : Pélagie MILLION, dame de Quervaly de MALESTROIT, tenue pour elle sur les saints fonts par Dlle Jeanne LE CORFF, sœur de la baptisée

+Bignan (K/David) 21.03.1759

Yves

° Bignan 28.11.1727 (Kerdavid)

Pr : Jean LE CORFF, oncle du baptisé / Mr : Jeanne Olive LE SABLE (s.)

Marie

° Bignan (Kerdavid) 17.03.1731 ; Pr : Jean Baptiste LE CORFF Frère de la baptisée / Mr : Mathurine PERROTEAU (s.)

+Bignan et enterrée à St Jean 18.04.1731 Tn: Pierre LE GALLIARD p--- (porteur possible) de l'enfant, Pierre et Jan les EVEN.

Jeanne

            Pas d’informations

Il est à noter que les parrains, marraines et témoins furent souvent des notables locaux, ce qui rend peu plausible une condamnation aussi infamante d’Yves LE CORFF. Par contre, il est probable qu’il ait perdu sa position de fermier dans laquelle il n’apparaît jamais. Peut-être, également, a-t-il dû s’acquitter en tout ou partie des condamnations financières prononcées contre lui ce qui aurait définitivement compromis son statut et celui de ses descendants.

Un an après la revente de Kerguéhennec par LES HOGGUER, en 1732, Yves LE CORFF sieur de Kergomard mourut à Bignan le 18 juillet 1733 entouré de Guillaume et Jan LE CORFF, ses frères ainsi que de Jacques et François LE CORFF, ses cousins. En revanche, sa femme n’est pas citée ni aucun des notables cités antérieurement.

Aucun de ses enfants vivants n’est cité par la suite.

Quant à sa femme, Jeanne LE ROY, elle n’apparaît ensuite ni à Bignan, ni à St Jean ou Guéhenno.

La lignée des LE CORFF de Kergomard s’éteint ainsi, aussi brève que tumultueuse.

 


Des LE CORFF dans la Chouannerie

Le Morbihan, et la région de Bignan en particulier, ont été particulièrement touchés par le mouvement de Chouannerie. Rappelons brièvement le contexte de cette insurrection.

Si le mouvement révolutionnaire de 1789 a immédiatement trouvé une forte adhésion en Bretagne ainsi qu’en font foi les cahiers de doléance, la suite des évènements a rencontré une opposition de plus en plus marquée.

La première cause est à trouver dans la promulgation, en 1791, de la Constitution civile du clergé aux termes de laquelle les prêtres furent tenus de prêtés serment de fidélité à la Nation. Dans le Morbihan, on estime à plus de 90% le nombre des prêtres qui, soutenus par la population, refusèrent de prêter ce serment. Bon nombre d’entre eux furent contraints à l’exil, tel le recteur de Bignan, NOURY, réfugié en Espagne puis au Portugal et passé à la postérité tant pour sa piété et son dévouement à ses ouailles que pour ses talents littéraires et architecturaux. C’est lui, en effet, qui conçut les plans de l’actuelle église de Bignan et en rendit possible la reconstruction achevée seulement après la révolution.

Le second facteur, déterminant, de la révolte réside dans la décision de mars 1793 de procéder à la levée en masse de 300.000 hommes.

Dans la partie Sud, cela aboutira à la guerre de Vendée qui sera écrasée faisant 10 000 morts.

Ci-contre : Pierre Guillemot - Le mouvement se déplaça alors vers la Bretagne et prit la forme d’une guérilla dont les effets se firent sentir jusqu’en 1805. Parmi les chefs Chouans figurent CADOUDAL et son bras droit, Pierre GUILLEMOT, natif de Bignan et surnommé "le roi de Bignan".

L’une des sources d’information importante sur cette période est l’ouvrage de Julien LE FALHER  « Le royaume de Bignan 1789-1805 » paru en 1913 et dans lequel quelques LE CORFF sont cités :

- p. 745 : Mathurin LE CORFF – Membre de l’Assemblée du général de la paroisse de Guéhenno et cosignataire du cahier de doléances le 5 avril 1789.

- p. 805 : Julien et Louis LE CORFF sont cités dans une liste dressée par P. GUILLEMOT et intitulée : « De par le Roi, mémoire des jeunes gens de la paroisse de Pleugriffet qui sont capables de porter les armes pour le Roi ».

 

Introduction | Informations statistiques générales sur la France |  Les sources de recherches  | Analyse  des sources : Bignan / Moustoir’Ac comme foyer principal | Répartition des LE CORF(F) sur le Morbihan | Une implantation sur Bignan ancienne et significative  |  1427 : un LE CORFF déjà cité à Bignan / Moustoir’Ac  |  Secteur Crac’h – Auray – Carnac – Région du Golfe  |  Mouvements de population et approche sociologique Exogamie   |  Mouvements de population à Bignan  |  Métiers  |  Liens entre LE CORF(F) des secteurs 1 et 2   |  Le sens et les origines possibles du patronyme LE CORFF  |  Prénoms les plus fréquents ou spécifiques jusqu’à 1900  |  Quelques LE CORFF au fil des archives

© L’exploitation de ces données à des fins commerciales, qu’elle qu’en soit la forme, est strictement interdite

Patrick LE CORFF :  

Page créée le 19/02/2002 © Roland Le Corff -Version du 09/03/2008