Mouvements de population et approche sociologique P 9 

Exogamie  

Définition de L'exogamie : ( d'après Wikipédia) Elle  définit le mariage comme une relation d'échange entre différents groupes culturels et/ ou linguistiques créant des liens plus ou moins durables qui constituent la trame de l'organisation sociale globale.

L'exogamie est en effet un mariage entre deux individus issus de régions, groupes sociaux, pays ou castes différentes.

L'exogamie est l'obligation pour une personne de chercher son conjoint à l'extérieur du groupe auquel elle appartient (clan, groupe territorial, caste, société, milieu social). L'exogamie est le contraire de l'endogamie. C'est la règle universelle de structuration de la parenté issue de la prohibition de l'inceste. Elle est totale quand elle oblige à épouser à l'extérieur du groupe social et relative quand elle oblige à épouser à l'extérieur du lignage (avec un parent éloigné).


Les actes de mariage indiquent, de façon assez régulière, l’origine des mariés, spécialement lorsque ceux-ci ne sont pas de la paroisse de célébration puisqu’une autorisation du prêtre de l’autre paroisse était requise. Dans la majorité des cas, les mariés sont tous deux natifs de la paroisse de célébration du mariage.

A partir de l’ensemble des mariages répertoriés, la synthèse suivante peut être établie pour les mariages dits exogames.

Sur un total de 36 mariages (soit un nombre faible) + 3 couples

1 à Arradon

4 à Bignan

2 à Billio

1 à Buléon

3 à Carnac

1 à Guéhenno

3 à Moustoir’Ac

1 à Plumelin

1 à Rennes

21 ont été célébrés à St Jean-Brévelay

Là encore, la sur-représentation de St Jean est à relativiser par la grande amplitude chronologique des tables (1632-1899). St Jean aurait également pu constituer en quelque sorte un lieu de regroupement par son importance locale et sa position centrale.

Par ailleurs, peu d’actes et/ou tables indiquent l’origine des époux.

Sous ces réserves, il ressort de ces 39 relevés l’origine suivante des mariés LE CORFF :

Mariage célébré ou couple présent à :

Epoux LE CORFF originaire de

Nombre de couples

LE CORFF et rapport au total connu

Période

Arradon

Vannes (St Patern)

1 sur 1

1736

Billio

Bignan

1 sur 2

1715

Billio

Guéhenno

1 sur 2

1671

Bignan

Moréac

3 sur 65

1726-1740

Bignan

Moustoir’Ac

1 sur 65

1714

Buléon

Guégon

1 sur 3

1721

Carnac

Crac’h

2 sur 4

1762-1788

Carnac

Auray

1 sur 4

1703

Guéhenno

Bignan

1 sur 8

1737

Moustoir’Ac

Crédin

1 sur 55

1704

Moustoir’Ac

Locminé

1 sur 55

1723

Moustoir’Ac

Plumelin

2 sur 55

1648-1675

Rennes

Bignan

1 sur 65

1713

St Jean-Brévelay

Bignan

9 sur 61

1650-1855

St Jean-Brévelay

Grandchamp

2 sur 61

1711-1796

St Jean-Brévelay

Guéhenno

4 sur 61

1632

St Jean-Brévelay

Moustoir’Ac

5 sur 61

1718

St Jean-Brévelay

St Allouestre

1 sur 61

1834

12 mariés viennent donc de Bignan et 6 de Moustoir’Ac, soit un total de 18 sur ce secteur que l’on peut dire provisoirement originel. Quant à St Jean, un tiers des LE CORFF qui s’y marient s’en sont pas originaires (cette proportion est sans doute plus élevée encore que ne le laisse apparaître les données actuellement disponibles).

Inversement, il est permis de considérer qu’une grande majorité des LE CORFF de Bignan et Moustoir’Ac se marient dans leur paroisse de naissance.

La carte d’implantation qui a pu être établie en l’état (voir ci-dessus) met en évidence des déplacements à l’intérieur de la Bretagne bretonnante, les cas de couples dans la partie gallèse étant très rares sur la période principale d’étude (XVIème au XIXème).

Si l’on considère la situation révélée par la liste des 17 LE CORF(F) « morts pour la France 14-18», on relève la même distribution (la commune indiquée étant celle de naissance) :

Arradon :                                 1 (ascendance non connue)

Bignan :                                   1 (ascendance à Bignan)

Cambremer (Calvados) :           1 (ascendance non connue)

Erdeven :                                 1 (ascendance sur Ploemel ? ou Auray ? – au-delà probable à Crac’h)

Grand-Champ :                        3 (ascendance à Moustoir’Ac pour 2, inconnue pour le 3ème)

Guéhenno :                              3 (ascendance à Bignan pour 2, inconnue pour le 3ème)

La Chapelle Neuve :                 1 (ascendance à Plumelin)

La Guerche de Bretagne :         1(ascendance non connue)

Nantes :                                   1 (ascendance non connue)

Moustoir’Ac :                          1 (ascendance à Moustoir’Ac)

Plescop :                                  1 (ascendance non connue)

Pontivy :                                  1 (ascendance non connue)

Remungol :                              1 (ascendance non connue)

Enfin, une recherche des actes de mariages (1860-1902) et de décès (1893-1902) a été effectuée sur les 20 arrondissements de Paris, laquelle n’a fait ressortir  que les 2 mariages suivants :

- Le 24 octobre 1891 (9ème arrdt.)

Vincent Marie LE CORFF (signe), né le 8 janvier 1864 à Pluneret (56), valet de chambre, domicilié 8, Chaussée d’Antin, fils de Marc LE CORFF, 64 ans, journalier et Marie Joseph GUHUR, 51 ans

X Suzanne METZDORFF née le 28 janvier 1865 à Echternach (Luxembourg), cuisinière, domiciliée 8, chaussée d’Antin, fille de + Michel, faïencier, et Catherine LANSER, 51 ans demeurant à Echternach.

(Contrat de mariage – Me VINCENT, notaire à Tours, en date du 7 octobre 1891)

L’ascendance de Vincent LE CORFF telle que synthétisée dans le tableau révèle qu’il a son ascendance d’origine à Moustoir’Ac.

- Le 20 janvier 1874 (7ème arrdt.)

Jean Mathurin LE CORF (signe), né le 15 mars 1826 à Moréac (56), journalier, domicilié 17, avenue de Löwendal, fils de + Mathurin LE CORFF et + Françoise CADORET

X Anne Françoise AJON, née le 22 novembre 1822 à Nouville (77), couturière, domiciliée à Sidi-Bel-Abbès (Algérie), fille de Pierre et Françoise DESARVIS ?

L’ascendance de Jean Mathurin LE CORF telle que synthétisée dans le tableau révèle qu’il a également son ascendance d’origine à Moustoir’Ac.

Tous deux sont cousins aux 4ème et 5ème degrés par Guillaume et Françoise SAMSON. Le savaient-ils ?

Au-delà, ils descendent du couple Louis LE CORFF et Péronille (ou Péronnelle) DAGORNE identifié à Moustoir’Ac vers 1634 et rencontré par ailleurs ; leur descendance a largement essaimé autour de Moustoir’Ac …

Introduction | Informations statistiques générales sur la France |  Les sources de recherches  | Analyse  des sources : Bignan / Moustoir’Ac comme foyer principal | Répartition des LE CORF(F) sur le Morbihan | Une implantation sur Bignan ancienne et significative  |  1427 : un LE CORFF déjà cité à Bignan / Moustoir’Ac  |  Secteur Crac’h – Auray – Carnac – Région du Golfe  |  Mouvements de population et approche sociologique Exogamie   |  Mouvements de population à Bignan  |  Métiers  |  Liens entre LE CORF(F) des secteurs 1 et 2   |  Le sens et les origines possibles du patronyme LE CORFF  |  Prénoms les plus fréquents ou spécifiques jusqu’à 1900  |  Quelques LE CORFF au fil des archives

© L’exploitation de ces données à des fins commerciales, qu’elle qu’en soit la forme, est strictement interdite

Patrick LE CORFF :  

Page créée le 19/02/2002 © Roland Le Corff -Version du 09/03/2008