Accueil  Home page  |   Plan du site  Toulon ma ville  |  Trolleybus de Toulon part 1 |  Trolleybus  Toulon part 2|  Vetra  |   Fiches techniques trolleybus | Tramways de Toulon  | Tramways en couleurs |  Autobus |  Contact   |  Liens  |

Les tramways de Toulon :

Les balladeuses baignoires

Les premières remorques furent sans doute des balladeuses, entièrement ouvertes sur tous les côtés et abritées seulement par une toiture et des stores. Un marchepied était placé sur toute la longueur du véhicule ce qui permettait aux voyageurs de monter et descendre en marche dans des conditions défiant toutes les règles de prudence. Les contrôleurs eux-même devaient faire des acrobaties sur ces marchepieds pour contrôler les tickets, passant ainsi de la motrice à la remorque en marche.

Un grand nombre de balladeuses furent transformées en baignoires : non il ne s'agissait pas de leur donner une nouvelle fonction dans une salle de bains mais c'est sans nul doute la forme de la caisse avec ses bords bas et arrondis qui justifia cette appellation quelque peu bizarre.

Ce sont à coup sûr des raisons de sécurité qui entraînèrent la compagnie STVG à effectuer ces transformations à partir de 1928. En effet, les marchepieds extérieurs furent supprimés et l'accès s'effectuait désormais par le côté. La prise en marche des véhicules par tous les côtés étant devenue impossible, le receveur n'avait désormais plus la nécessité de faire l'acrobate pour encaisser le prix des places en se déplaçant dangereusement sur les marchepieds longitudinaux.

Le 18 juin 1928, l'autorisation officielle était donnée pour ces transformations qui s'opérèrent au dépôt de Brunet. Elles durèrent jusqu'en 1931.

Une baignoire est une remorque partiellement fermée. Ce modèle comprend des côtés et un accès central. A partir de 1928, un certain nombre de balladeuses ont subi cette transformation : pose d'un tablier métallique circulaire surmonté d'une main courante, en vue de créer une plate-forme centrale et de supprimer les marche-pieds longitudinaux.

Le truck a conservé ses caractéristiques primitives. Aucune modification n'a été apportée aux dispositifs de timonerie, des freins à main à 4 sabots commandés par vis ainsi qu'à la sonnerie d'appel et à l'installation électrique.

Les remorques sont munies de chasse-corps droits en bois, à l'avant et à l'arrière. Les portillons amovibles des plates-formes centrales sont conformes au modèle en usage sur le réseau de Tramways de Toulon.

Une 3ème voiture a été présentée; la transformation est identique à celle des 2 précédentes mais les dimensions principales diffèrent (voir tableau N° 2) Les autres caractéristiques demeurent inchangées par rapport aux 2 autres. Elle portera le N° 304 ( ce qui est bizarre car une Orléans porte également ce N° voir la fiche des remorques Orléans   )

Les transformations auraient porté sur un total de 42 remorques. Bien qu'identiques, les remorques présentaient quelques différences quant aux tabliers et aux retombées de toitures. (voir par exemple la N°222 ci-dessous)

Pendant la guerre de 39/45, pour pallier le manque de matériel roulant, certaines furent munies de châssis vitrés pour en améliorer le confort. Au cours des raids aériens, bien des vitres se rompirent; face à la pénurie, des panneaux de contreplaqués les remplacèrent ce qui peu à peu finit par donner à ces voitures, un faux air de fourgon à marchandises.

Une baignoire insolite :

Voici 2 photos absolument inédites de balladeuses baignoires : sur les 2 panneaux, on peut lire à gauche : La mer, à droite : Clos Mayol. C'est très bizarre car aucune ligne directe du réseau de tramways ne correspond à ces indications.

Pour la mer, on pense bien sûr au Mourillon desservi par la ligne N°3 mais pour le Clos Mayol, on ne sait quoi penser. En effet cette grande propriété appartenant à l'illustre chanteur Félix Mayol n'était pas à proximité immédiate d'une ligne de tramway. La plus proche était la N° 7 desservant le Cap Brun. Le Clos Mayol comprenait à l'origine un terrain déterminé aujourd'hui par le boulevard Jean-Baptiste Abel, le boulevard Docteur Amouretti et le chemin des Bergers. Il est vrai qu'entre la place du Cap Brun et le boulevard Jean-Baptiste Abel, la distance n'est pas très longue, on y accède rapidement en descendant le boulevard Amouretti qui longe l'école du Cap Brun sur sa droite.

Félix Mayol (1872 -1941) le célèbre chanteur de café-concert à qui les Toulonnais vouent une reconnaissance éternelle depuis que l'artiste a fait don en 1919 de son terrain à la ville de Toulon et qui servit à ériger le stade de rugby qui porte son nom depuis 1920. Le RCT porte également sur leur maillot rouge et noir, l'emblème du bouquet de muguet, en hommage à Félix Mayol qui en portait un au revers de sa veste.

Le N°222 a été portée intialement par une balladeuse série J, il est probable que la majorité des série J aient été transformées en baignoires. L'inventaire de 1946 donne la 222 comme étant une rtemorque du type Marseillaise

Caractéristiques de la baladeuse baignoire modèles N° 304 Tableau 2