TOULON, MA VILLE

Accueil  Plan du site   Généalogie   Toulon, ma ville   La vieille ville   Le Cours Lafayette   Les trolleybus de Toulon 1è partie  Les trolleybus 2è partie   La société Vétra  Fiches techniques trolleybus   Les tramways de Toulon  Le MPTUR (Musée des transports)  Les autobus de Toulon    L'école du Cap Brun    Livres d'enfance   Au Pays Bleu     Edouard Jauffret     Raylambert   Photo de classe 1959    Photo de classe 1953   Photos de classes 1962-1965   Photos de classe 1946-1952    

LE M.P.T.U.R : MUSÉE PROVENÇAL DES TRANSPORTS URBAINS ET RÉGIONAUX

( certaines images signalées par ce logo  peuvent être agrandies en cliquant dessus)

Noël Mailliary fondateur du MPTUR

A -Préambule : Le co-fondateur de ce musée : Monsieur Noël Mailliary, nous a hélas quitté fin novembre 2002, cette page est dédiée à sa mémoire avec l'assurance de mon admiration et de mon profond respect. Merci M. Mailliary pour votre oeuvre de sauvegarde du patrimoine ! J'adresse ici tous mes profonds regrets et l'expression de ma sympathie à tous les membres de sa famille. Il ne laisse que des amis.

J'avais eu la chance de le rencontrer le 14 avril 1996 lors de mon unique visite à ce musée; il m'avait accueilli d'une manière très conviviale comme il l'était avec tous. J'avais beaucoup apprécié cette visite; à la fin nous nous étions retrouvés avec d'autres membres de son équipe autour d'un bon café, à l'intérieur de la gare. Nous avions sympathisé tout de suite. Avant cette rencontre, nous avions échangé de nombreux courriers à la suite desquels il m'avait donné des photos de sa collection dont beaucoup illustrent mes pages consacrées aux trolleybus de Toulon.

C'est une immense perte et l'avenir de ce musée privé, né de la bonne volonté de quelques passionnés était devenu des plus sombres mais grâce à une poignée de passionnés, il va enfin revivre. Ce musée ne vivait que par le bénévolat et quelques dons des visiteurs, l'entrée en a toujours été gratuite. Il n'a jamais vraiment bénéficié d'aides des collectivités ou de la Régie des Transports de Marseille comme cela se constate dans certaines autres villes ( Grenoble par exemple).

Depuis, des gens de bonne volonté, des passionnés se sont mobilisés pour sauver le musée ( notamment les membres de l'ARTM), ils ont cherché et trouvé des solutions pour éviter un désastre et pouvoir présenter à nouveau ces collections au public ( Voir préambule de cette page)

Par ailleurs,  dans l'emprise du MPTUR,  le vandalisme  avait fait également des ravages tout comme ce fut le cas dans le hangar abritant les véhicules préservés de l'association ARTM ( voir fiche technique sur l'OTM 2, le trolleybus 304 vandalisé avec d'autres véhicules en 1998 ); les vitres des wagons et du locotracteur Berliet ont été brisées depuis longtemps. Je souhaite ardemment que ce musée puisse être sauvé définitivement et que l'intégrité de ses collections puisse enfin être assurée.

Plan de la page consacrée au MPTUR :

 A - Préambule

 B - Présentation et historique du MPTUR : article de Sylvain Zalkind paru dans "La Vie du Rail" vers 1972 ou 73 ( les commentaires en bleu ont été rajoutés par mes soins pour compléter la présentation)

C - Réseau à voie de 60 cm  

( documentation du MPTUR)

 

L'entrée de la halle marchandises

B -Présentation et historique du MPTUR :  

 Répondant au sigle aussi mystérieux que difficilement prononçable de MPTUR, le Musée Provençal des Transports Urbains et Régionaux et des Véhicules de mines et de travaux publics a été créé en 1969, par deux amateurs éclairés de chemin de fer et de transports publics : M. Noël Mailliary et M. Michel Dupont-Cazon.

Comme sa dénomination l'indique, ce musée a pour but de présenter des matériels de transports publics, ainsi que de travaux publics, ayant circulé en Provence, ainsi que divers documents et objets se rapportant à leur technique et à leur exploitation.

Gare SNCF de la Barque ( Bouches du Rhône )

Grâce à la compréhension de la S.N.C.F., ce musée régional a pu s'implanter en gare de La Barque-Fuveau, sur la ligne coordonnée de Gardanne à Carnoules par Brignoles, où il utilise la halle marchandises et le quai découvert attenant.

Les matériels actuellement présentés, ferroviaires pour la plupart, offerts par des entreprises de transport ou des sociétés minières ou de travaux publics de la région, se répartissent comme suit

:1) Véhicules de transports publics :

Motrice du tramway de Marseille 1903

• deux tramways provenant du réseau de Marseille (voie de 1,43 m) : automotrice à deux essieux n° 1729 de 1903, ex-série B, transformée en voiture de travaux ; automotrice à bogies n° 1268 de 1924, encore récemment en  service sur la ligne n° 68.

• trois trolleybus Vetra : un VBR de 1949, n° 17 de la ligne Aix-Marseille (Régie Départementale des Bouches-du-Rhône), seul trolleybus Interurbain conservé en France. ( voir fiches techniques) ci-contre le tramway 1729 exposé sur le port de Toulon en 1986 -Photo MPTUR

Trolley Vetra VBC Toulon et autobus Chausson APH 522 Valence 1960

 • un VBRh 130 de 1952, n° 239 de Marseille (RATVM) ; un VBC-APU (Chausson) n° 85 de Toulon (RMTT)

Photos Roland Le Corff  ( Ci-contre on voit à droite l'autobus urbain Chausson type AP 522, N° 1 du réseau de Valence datant de 1960 -Don de Drôme-Cars)

2)  Véhicules ferroviaires industriels ou de travaux publics :

Loco vapeur Henschel type 020 tender

• une locomotive à vapeur à voie normale 020 T, construction Henschel 1911, provenant de la Société centrale d'hydraulique et de mécanique, à Bar-le-Duc ; cette machine est en état de marche,

• vingt-six wagonnets de types variés (plats; bennes; transport d'ouvriers, transport de boisage, projecteur, etc) et d'écartements divers (50 cm, 52,5 cm, 60 cm, 75 cm)

La loco Henschel vue de l'arrière

Photos Roland Le Corff - Ci-dessus à gauche et ci-dessous à gauche : 2  photos de la 020 T Henschel

 

Ci-contre à droite, les voies de 60 cm et la halle marchandises.

La halle qui sert d'abri aux véhicules

 3) Véhicules et matériels divers :

 • deux remorques à bandages, datant de 1914-1918;

• un chariot hippomobile à deux essieux ;

• des appareils de voie, signaux, télégraphes, etc…

Locotracteur Berliet Yoyo 1926

Ci-contre un locotracteur Berliet de 1926, il était surnommé "Yoyo" et servait à manoeuvrer les wagons notamment sur les embranchements privées des zones industrielles. Hélas, cette sympathique machine a été vandalisée comme nombre d'autres véhicules par de sinistres voyous qui feraient mieux d'aller bosser ou d'aller se faire pendre ailleurs plutôt que de s'acharner à détruire le bien des autres et en particulier notre patrimoine, notre histoire. Ce type de locotracteur a été reproduit par Haxo modèles.

Les véhicules de transports publics sont abrités sous la halle, les autres matériels sont présentés en partie sous la halle, quelques-uns à l'extérieur.  

Photos Roland Le Corff

Ci-contre  une voiture voyageurs du réseau SNCF banlieue voyageurs ex Bastille et ex DR (Deutsch  Reichbahn d'Allemagne de l'Est ) hélas vandalisée, plus loin un wagon postal.

Le trolleybus d'Aix Marseille et le tramway 1268 de Marseille, sont utilisés comme salles de projection, l'un pour les films, l'autre pour les diapositives. En effet, des conférences, accompagnées de projection, ont fréquemment lieu à la demande d'organismes ou d'organisations, dans le cadre du Musée provençal des Transports.

 Les dimanches d'ouverture du musée sont communiqués par la presse régionale et affichés sur place ; l'entrée est gratuite. A la belle saison, des visites commentées, accompagnées de séances de projection, sont organisées.

 La gare S.N.C.F. ouverte aux voyageurs la plus proche est Gardanne (ligne Marseille-Aix), à 7 km, mais on peut aussi accéder au Musée provençal des Transports, au départ de Marseille, par les autocars de la Compagnie provençale de Transports automobiles (départ : 26, allée Léon-Gambetta) ou par les Autocars de Provence.

Pour tous renseignements, écrire au Musée provençal des Transports urbains et régionaux, gare S.N.C.F., 13970 La Barque-Fuveau.

 Article de Sylvain. Zalkind, paru dans la Vie du Rail au début des années 70.

 C- Réseau à voie de 60 cm : ( d'après documentation du MPTUR)

1- Le train à voie de 60

Ce n'est ni un manège ni un gros jouet. Il est constitué avec des matériels industriels des professionnels des Mines de charbon et de bauxite, des carrières et des Travaux Publics. Devenus des pièces muséographiques, le plus vieux locotracteur date de 1928, certains wagonnets de 1920 et une partie de la voie de la guerre I4/I8.   ci-contre le Pétolat de 1928 et les baladeuses.Photo Noël Mailliary MPTUR

2- La ligne :

Le petit train tracté par un Pétolat

La voie principale, en rails de 9,5 et 12 Kilos a une longueur de 1 kilomètre 500.

Partant du Pont SNCF sur la RN 96, elle traverse la cour de débords côté Gardanne, passe devant le wagon-grue de 1884 ( utilisé pour les déchargements ), après un premier passage à niveau (PN en abrégé) elle longe le quai découvert et la halle du Musée.

Un second PN en courbe la déporte le long  du mur de la cour de débords côté Carnoules, ensuite elle passe à l'ancien dépôt et suit en tranchée la ligne à voie normale Gardanne-Carnoules, après avoir passé sur un pont métallique, elle se déporte légèrement sur la droite et se continue sur la plate forme de l'ex-ligne la Barque -Aubagne en direction de Fuveau.

Elle s'élève doucement en rampe de 5 pour 1000 sur 630 mètres, après avoir passé la station du Vieux Chêne et franchi deux ponts en pierre, elle traverse une zone boisée où se situe la halte du pique-nique ( arrêt des groupes scolaires ). Enfin elle se termine au Petit bois, terminus provisoire du réseau, cette gare offre un très joli point de vue sur la campagne fuvelaine et la Montagne Sainte -Victoire.( chère à Cézanne)

 

3- Les gares :

Elles sont au nombre de 5 : Pont SNCF ( départ de la Ligne ) Musée ( arrêt général ) - Ancien dépôt ( croisement ) - Vieux chêne ( croisement ) - Petit bois ( terminus provisoire ) et une halte du pique-nique ( PK 1,500)

4 -Engins de traction :

 Six locotracteurs assurent la traction des trains. Pesant de 2 tonnes  200 à 8 tonnes, leur puissance va de 9 CV à 50 CV. Un Pétolat de 1928 à essence, un Decauville de 1952 ( unique en France ), un Plymouth ( USA ) de 1946. un LLD de 1956 et deux Deutz de 1956.

 5 - Véhicules remorqués :

Baladeuses Pétolat à 4 Places, dont une  "Présidentielle"

2 Voitures à bogies de 12 Places.

1 Transport de personnel à 6 places.

6 - Engins divers :

Le parc comprend 152 véhicules divers en voie de 60.

 Draisine à bras de 1900, un vélo ferroviaire, un chasse-neige, un train désherbeur, un porte-rails, 2 wagons-citernes d'eau, 2 couverts TPT, des plats, des tombereaux, des wagonnets dévidoirs, des bennes basculantes, un lorry, etc…

 7 - Exploitation - sécurité :

L'exploitation est assurée par un chef de ligne et la sécurité par les chefs de train. Les mouvements des trains se font sur trois cantons et les croisements sont autorisés par trois bâtons- pilotes.

Tous les locotracteurs sont freinés et le matériel " voyageurs " remorqué est muni d'un double attelage ( barre plus crochets du type Pétolat )

8 - Circulations :

Tous les dimanches et jours fériés, circulation l'après-midi de un à cinq trains de voyageurs, Premier départ vers 14 heures. Parfois train mixte, dit MV ( voyageurs-marchandises ) ou train muséographique avec des bennes de bauxite ou des wagonnets de Travaux Publics.

9-  Divers :

Capacité maximale du train : 92 adultes ou 120 enfants environ. Durée de l'aller-retour de 5 kilomètres : 45 minutes. Avec explications sur l'origine des chemins de fer à voie étroite et des matériels de la société Decauville, la promenade ferroviaire dure environ une heure.

D'autre part, nous sommes actuellement les seuls dans notre région à avoir construit et à exploiter un réseau à voie de 60. Les premiers trains de voyageurs étant en service depuis août 1982

L'équipe du Musée a été la première, en Provence-Côte d'Azur, à faire fonctionner une locomotive à vapeur en voie normale. - En gare SNCF de La Barque de Août 1974 à 1984. - En traction du train spécial " Le Tartarin " sur la ligne des Bouches du Rhône de Saint-Rémy à Tarascon, le 29 Août 1976. - En gare SNCF de Miramas du 10 au 18 mai 1980. - A EXPORAIL Nice, le 28 mars 1982. - En gare SNCF d'Hyères, les 26 et 27 juin 1982.  

 

    Nouveau !! Voici un site, en cours de développement, qui devrait répondre à beaucoup de vos interrogations :  http://cppva.free.fr ( merci à Henri Tenoux pour cette information)

 Retour haut de la page

Cette page figure dans le répertoire des sites ferroviaires :

Merci à Henri Tenoux pour la photo de Noël Mailliary et le texte sur l'inauguration du musée.

 

 © Roland Le Corff page créée le 18/05/2003 - version du 11/09/2010