Accueil  Home page  |   Plan du site   Toulon ma ville  |  Trolleybus de Toulon part 1 |  Trolleybus  Toulon part 2|  Vetra  |   Fiches techniques trolleybus Tramways de Toulon  | Tramways en couleurs |  Autobus |  Contact   |  Liens  |

Le VÉTRA VA3 B2 ou EBR, le trolley des gônes (*) 

Je ne peux que dédier cette page à mon ami Georges Muller (1942-2016) qui a tant aimé les VA3 B2 Lyonnais.

Il écrivait à propos du VA3 B2, dans son livre consacré aux trolleybus en France et dans le monde: "Il s'agit du plus mythique et du plus impressionnant des trolleybus classiques français." et en vantait la majesté.

À partir de 1954, Vétra commence à équiper ses trolleybus avec des caisses d'autobus existants. Le VA3 B2 consacra l'abandon par Vétra de la construction de ses propres caisses ( travail toujours réalisé en sous-traitance) et traita désormais principalement au profit de Berliet d'où un gros avantage pour pouvoir produire des grandes séries grâce à la puissance de son outil industriel.

Le VA3 B2 reçut en effet la carrosserie demi-poutre et le châssis-plateforme à longerons solidaires d'une poutre centrale et la caisse de l'autobus PBR 10 et par analogie il fut appelé EBR par les ingénieurs de Berliet à Vénissieux mais en général à Lyon ainsi qu'auprès de la majorité des passionnés de trolleybus, c'est l'appellation VA3 B2 qui fut la plus répandue et la plus populaire. Un prototype fut présenté en 1953 et testé sur les lignes 1 et 2 du réseau de Lyon.

  Lyon :

Ce fut le trolleybus des Lyonnais par excellence car il équipa au nombre de 142 exemplaires, le réseau de l'OTL ( Cie des Omnibus et Tramways Lyonnais) devenue plus tard TCL ( transports en Commun Lyonnais). Les achats s'échelonnèrent entre 1954 et 1961. Ils portaient les numéros de 701 à 842. Ainsi, le VA3 B2 constitua la plus importante série de trolleybus produite en France.

Le VA3 B2 fut très connu grâce à son aspect moderne, sa grande longueur et sa capacité exceptionnelle de 125 passagers, il fit partie intégrante pendant environ 25 ans du paysage urbain lyonnais. De 1971 à 1975, 102 VA3 B2 furent transformés pour l'exploitation en libre-servcie sur les lignes 1, 3, 4, 13 et 18 jusqu'à l'arrivée des ER-100 à partir de 1975. En effet, de manière progressive à partir de 1978, les trolleys de la nouvelle génération, les Berliet ER-100 entraînèrent la disparition totale des derniers VA3 B2 dont le dernier fut retiré en 1983.

Photo : René Clavaud parue dans Charge Utile N° 97

Le VA3 B2 N° 812 remisé ici au dépôt Parmentier qui a d'ailleurs fermé ses portes il y'a quelques années et a été démoli en juillet 2016 après 113 ans d'activité.

Il arbore cette très belle livrée bicolore, rouge et blanche qui fait des véhicules lyonnais, peut-être les plus beaux de France. (mais n'oublions pas non plus les magnifiques trolleys rouge et blanc de Limoges restylés en 1973.

Photo André Dassi Rétrobus Lyonnais parue dans Charge Utile -1994 - Le VA3 B2 était issu du Vétra VA3 de 1950, le premier trolleybus à 3 essieux. Ci-dessus le VA3 B2 N° 830 datant de 1961, sauvegardé à l'origine par l'association Rétrobus Lyonnais et offert à l'AMTUIR en 1995. On voit ici les panneaux avant ouverts sur l'appareillage électrique.

© Photo François Arnaud - Le VA3 B2 N° 832 en attente d'entrée en gare routière de Perrache le premier jour de son admission au Centre d'échanges, le 2 décembre 1976.

© Photo François Arnaud - Les lignes 18 et 6 aux Terreaux, le long de la fontaine Bartholdi à son emplacement d'origine. C'était en septembre 76, la ligne 6 venait tout juste de passer en Self, avec les VBH-85 relookés, version 1. La ligne 18 était alors déviée par la rue de Brest, tout comme la 3, en raison des travaux du métro.

Lyon fut qualifiée de "capitale française du trolleybus" par le nombre de ses véhicules, le nombre et la longueur cumulées des lignes électrifiées. Ce sont en effet rien moins que 24 lignes qui desservaient la capitale des Gaules, dont la première : Pont de Tilsitt - Francheville-le-Haut, fut mise en service en 1935 sur une longueur de 8,6 km. D'autres villes adoptèrent le VA3 B2 et en premier lieu Marseille, l'éternelle rivale de Lyon mais pour un nombre infiniment plus restreint : 14 véhicules contre 142 pour Lyon. Citons aussi Saint-Étienne qui acheta d'occasion en 1973 auprès du réseau de Marseille, 13 VA3 B2 (numérotés de 141 à 153).Ils circulèrent sur la ligne Bellevue-Firminy où ils assurèrent un bon service pendant 8 années (les derniers furent retirés du service en juillet 1981)

Marseille :

Ces véhicules de grande longueur rencontrèrent rapidement des difficultés pour circuler dans les rues encombrées de la cité phocéenne et ils furent affectées aux lignes suburbaines telles que la 26. A partir de 1972, suite à la mise en place d'autobus, 13 VA3 B2 furent revendus à Saint-Étienne. Marseille s'équipa par contre avec 82 ELR, le petit frère du VA3 B2 un peu plus court et donc plus maniable ( 10,695 m contre 11,990 m soit 1,30 m de moins) et muni de 2 essieux seulement.

Photo Roland Martin ( communiquée par Marc Bargier)  Ci-dessus un VA3 B2 Marseillais, ou plutôt un EBR comme on les appelait localement  (conformément aux pratiques des usines Berliet). Il s'agit du N° 166 qui dessert la ligne N° 26 / Place Carnot - Notre-Dame Limite; la photo est prise vers 1956, place Jules Guesde. Il fait partie des 14 véhicules de ce type qui ont été acquis par le réseau de Marseille en 1955. Cette ligne N° 26 fut fermée aux trolleybus en 1972 suite à la diéselisation.

(*) Nombre de places : le nombre varie assez fortement selon les sources d'information, en fait il y eut au fil des années plusieurs conformations et la suppression à une époque donnée, du siège du receveur suite au passage au libre-service, eut pour effet d'augmenter le nombre de places. La documentation officielle de Vétra donne dans sa note 3.076 bis, les chiffres suivants : 125 places dont 23 assises et 102 debout. Le diagramme de l'EBR du réseau de Marseille figurant plus haut indique dans sa légende : 125 places dont 30 assises et 95 debout.

Dans le livre de Jean-Henri Manara et Nicolas Tellier, il est indiqué page 174 que le VA3 B2 lyonnais avait une capacité de 111 places dont 23 assises et 88 debout. En 1972, les 18 exemplaires affectés à la ligne N°1 expérimentent le libre-service , ils sont modifiés et 2 places assises remplacent la cabine du receveur ce qui porte la capacité totale à 113 places dont 25 assises et 88 debout (on est déjà bien loin des 125 places annoncées !).

Notes :

( 1) Les gônes, dans le patois lyonnais sont les gamins de Lyon et par extension les Lyonnais eux-même.

(2) TCL : Transports en commun lyonnais est le nom commercial du réseau de transport en commun des 59 communes de la métropole de Lyon, de la communauté de communes de l'Est lyonnais et de 7 communes limitrophes du département du Rhône, qui rassemblent au total environ 1,4 million d’habitants. C'est le deuxième réseau de transports en commun français.

Sources et illustrations : La bible pour l'histoire des transports marseillais c'est bien sûr : "Les tramways de Marseille ont cent ans" de Jacques Laupiès et Roland Martin édité par les 2 auteurs en 1975. IL faut y ajouter l'excellent ouvrage de Marc Bargier, "Trolleybus Marseillais, 100 ans de bifilaires" édité aux éditions Alan Sutton, paru en 2005.

Jean-Henri Manara et Nicolas Tellier : "Autocars, autobus, trolleybus de France 1950 - 1980" , Éditions Histoires et Collections - Christophe Puvilland : "Berliet 1905 -1978, toute la gamme omnibus, autocars, autobus et trolleybus" Éditions Histoires et Collections - Philippe Valla Amis du rail du Forez "75 ans de trolleybus à Saint-Étienne (1942 -2017)" Éditions ARF

Georges Muller (†) "Les trolleybus français en France et dans le monde 1900-2016" aux éditions Maquetrén (Espagne). Le réseau de trolleybus de Lyon doit beaucopup à ce brillant ingénieur que fut Georges Muller. Entre 1973 et 1982, il fut chef des Etudes techniques aux TCL de Lyon (2), en charge de la modernisation du réseau de trolleybus, des extensions, des études et de la construction des ER-100, de 2 nouveaux dépôts, de la construction de la crémaillère de la Croix Rousse, de la transformation du funiculaire de St-Just,

Photos : Jean-Henri Manara, Roland Martin (†), Jean Capolini, René Clavaud, un grand merci à François Arnaud, directeur de la SETUB ( Transports urbains de Bourg-en-Bresse ( Ain) auteur des 2 photos et du texte et qui m'a permis de les diffuser.

Je remercie très chaleureusement Marc Bargier et Jean Capolini. Retrouvez les extraordinaires et très rares photos de d'autobus, trolleybus, tramways de nombreuses villes de France et d'autres pays du monde (dont certaines remontent à 1954), sur la page Flickr de Jean Capolini en suivant le lien suivant: https://www.flickr.com/photos/151983085@N05/albums . Mes remerciements également les plus chaleureux à M. Jean-Marc Allenbach de l'EPFL Lausanne pour la documentation technique complète du VA3 B2 qu'il a eu la gentillesse de m'envoyer. Merci également à Vít Hincica pour sa relecture attentive et les corrections apportées aux caractéristiques techniques.

Bien entendu, ne manquez pas non plus de consulter la fabuleuse collection de photos de bus, trolleybus, tramways, funiculaires, trains, téléphériques...de Jean-Henri Manara sur le site Flickr, des photos couleurs d'une grande rareté, datant même d'avant 1963 et d'une qualité exceptionnelle : suivre ce lien : jhm0284 : Une véritable plongée dans l'histoire passée des transports de différents pays : France, Suisse, Belgique, Espagne, Portugal, Autriche, Pays Bas, pays scandinaves etc..

© Roland Le Corff  2003 -  créée le 26/044/2003 - version du 26/10/2017