LES AUTOBUS DE TOULON

2ème partie 1965-1980

Accueil  Home page  |   Plan du site   Toulon ma ville  |  Trolleybus de Toulon part 1 |  Trolleybus  Toulon part 2|  Vetra  |   Fiches techniques trolleybus Tramways de Toulon  | Tramways en couleurs |  Autobus 1930-1965 | Autobus 1965-1980 | Autobus 1980-2005 Contact   |  Liens  |

 LES AUTOBUS SAVIEM SC 10 - 244 U PA

( les images signalées par ce logo sont cliquables)

    La RMTT  met en service entre 1978 et 1979 ses premiers autobus urbains à plate-forme arrière ouverte "comme à Paris" : 5 véhicules numérotés de 25 à 32 ( les N° 31 et 32 ayant été affectés par le SITCAT aux lignes intérieures de la commune de la Seyne-sur-Mer. Ils sont tous réformés depuis le début des années 90. Certains comme on le verra ci-dessous, sont repartis pour une 2ème voire une 3ème carrière sous d'autres cieux.

Photo coll. G. Bonnafoux  -Ci-dessus le Saviem vu de l'arrière avec sa plate-forme arrière découverte qui permettait aux passagers de voyager la tête au soleil et le nez au vent. - Il faut dire que le beau temps persistant qui règne habituellement sur Toulon justifiait parfaitement le choix de l'exploitant.

Le bus de la photo porte le N° de parc 30 et dessert la ligne 3 "Gare-Mourillon" -A l'arrière, une publicité Michelin représenté par son célèbre Bibendum.

On voit bien la conformation des accès en 2-4-4 ce qui signifie : 1 porte simple à 2 vantaux à l'arrière et 2 portes doubles (donc à 4 vantaux au total) au milieu et à l'avant.

Plate-forme arriere du SC 10

© Photo AMTUIR   Le temps n'est pas si clément à Paris mais pourtant les Parisiens appréciaient beaucoup cette plate-forme apparue dès l'année 1934 sur les Renault TN6C - Sur les autobus parisiens de cette époque, la plate-forme était ouverte et permettait de monter à bord ( y compris en marche...), le receveur se tenait à l'arrière avec "sa moulinette" pour accueillir le voyageur.

Ci-contre la plate-forme d'un SC 10 de la RATP, le N°29.

Interieur du SC 10

 © Photo Denis Garel -Ci-joint l'intérieur du SC 10 à plateforme arrière ouverte comme si vous y'étiez. On aperçoit au fond, la porte d'accès à la plate-forme,  en position fermée.

 © Photo Michaël Dietrich - Un cétacé échoué à Calais ?

Ci-joint, à Calais le 22 avril 2005, bien loin des rivages de la Méditerranée, un SC 10 244 D PA de "Calais Opale Bus", à l'incroyable décoration  marine. Qui pourrait reconnaître l'ex-bus de Toulon N°32 portant le N° de châssis 654994 ? Après sa carrière toulonnaise, il est revendu à la STAB de Bayonne pour assurer le rôle de navette des plages. On l'affuble alors de cette décoration  très originale et ma foi très réussie, ayant pour motif une grosse baleine bleue. On aurait pu l'appeler le Jumbo-bus ?!

A Bayonne, il portait le n° 138 et était immatriculé 1341 TE 64, revendu à Calais, il termine ici sa carrière sur la Côte d'Opale; normal pour un cétacé de préférer les rivages marins.

SC 210 decor baleine - Calais


 Historique et caractéristique du SAVIEM SC 10 

En novembre 1955 est constitué le groupe L.R.S par réunification de la Société Latil, de la branche poids lourds des Usines Renault et de la firme Somua. Cette nouvelle entité prend le nom de Société Anonyme de Véhicules Industriels et d'Équipements Mécaniques ( en abrégé SAVIEM) dans laquelle chacun des partenaires possède 33 % des actions. Le losange Renault disparaît alors des calandres des autocars et autobus de la marque SAVIEM; il ne reviendra qu'en 1978 à la création de RVI (Renault Véhicules Industriels)

La genèse : En 1958, la RATP (Régie Autonome des Transports Parisiens) et l'UPTUR (Union des Transports Publics Urbains et Régionaux) unissent leurs efforts pour élaborer le cahier des charges d'un autobus urbain unifié qui sera davantage connu sous le nom d'autobus standard de 11 m (*)

C'est le début d'une longue histoire qui donnera naissance au SC 10 et d'un succès remarquable au niveau de la production et de la longévité des véhicules ( Les lettres SC signifient Saviem-Chausson)

Situation avant l'autobus standard : une trop grande variété de matériels disponibles sur le marché, néfaste en termes économiques et financiers. La conception des véhicules ne satisfait ni les exploitants ni les utilisateurs: plancher trop haut d'où difficultés de montée pour les voyageurs, plafond trop bas, accès exigus, séries trop faibles en terme de production et d'un prix de revient trop élevé.

Une des priorités du cahier des charges est d'abaisser le niveau du plancher à 60 cm ( comparons avec les 32 cm des bus modernes tels les Heuliez de la gamme Acess'bus pour réaliser la performance technique réalisée depuis cette époque)

Fin 1961, Saviem livre son premier prototype SC 10 à la RATP; en juin 1963 première présentation internationale à Vienne en Autriche .Le véhicule animé par un moteur Fulgur 130 HG de 136 Ch, mesure 11 m de long par 2,50 m de large, la hauteur de plafond est de 2,20 m dans l'axe du bus, le poids total en charge est de 15 tonnes. Le plancher culmine à 62 cm du niveau du sol ( les 60 cm maximum prescrits par le cahier des charges n'ont pu être atteints)

Pare-brise cylindo-cyclique Saviem SC 10

Photo Charge Utile - Ci-contre le pare-brise cylindro-cyclique d'un SC 10 pris en 1966.

La grande nouveauté qui est un peu la marque de fabrique du SC 10, c'est son pare-brise à la forme révolutionnaire ( pour l'époque), le fameux pare-brise cylindro-elliptique à génératrices horizontales plus connu sous le nom raccourci de pare-brise cylindro-cyclique. Le but de cette forme particulière est de tenter de supprimer ou du moins de réduire fortement les reflets parasites dus notamment aux éclairages extérieurs ( phares, lampadaires) et intérieurs ( plafonniers). On verra également plus tard de tels pare-brise sur certains autobus Brossel.

Enfin, on prenait en compte le confort du chauffeur ( du machiniste pour la RATP)

Le SC 10 est trés lumineux grâce à ses baies vitrées aux dimensions généreuses, la hauteur des glaces est de 80 cm.

Le 19 mai 1965, le premier véhicule de la série sera homologué aux Mines.  Nancy sera le premier réseau de province à recevoir des SC 10 fin 1965.Un important changement est intervenu depuis la sortie du prototype : le moteur Fulgur jugé trop faible a été remplacé par un moteur allemand MAN ( Maschinenfabrik Augsburg Nürnberg), un diesel 6 cylindres horizontaux en ligne de 150 Ch avec procédé de combustion M 3.

En octobre 1965, le SC 10 rentre en service à Paris sur les lignes de banlieue (soit 7 ans après le début de l'élaboration du cahier des charges ce qui démontre bien la très difficulté de la tache qui avait du être menée). Le Standard RATP possède 70 places: 40 assises et 30 debout.

Le SC 10 sera monté durant toute sa carrière, de 1965 à 1989, dans les usines Saviem situées à Annonay en Ardèche.

Le succès du SC 10 en terme de commercialisation sera considérable dès le début: en novembre 1969, 1440 SC 10 circulaient déjà sur les réseaux français.

En 1970, les clignotants changent de place et sont désormais au-dessus des phares.

Au salon d'octobre 1974, Saviem présente le SC 10 UM ( M pour modernisé) présentant une meilleure insonorisation grâce à un capsulage du moteur, un échappement double flux, des silencieux d'admission. Le freinage est amélioré pour se conformer aux normes CEE.

Naissance de la plateforme: En 1975, un accident de la circulation ayant gravement endommagé la face arrière d'un SC 10 de la RATP, celle-ci décide de le réparer en aménageant une plateforme ouverte à l'arrière du genre balcon seulement accessible de l'intérieur (Il n'était plus question en 1975, pour des raisons évidentes de sécurité, de remettre la plateforme ouverte des vieux bus parisiens du genre TN 4 ou 6 dont le dernier avait circulé le 22 janvier 1971 et qui permettaient aux voyageurs de courrir derrière le bus et d'y monter en marche au risque d'avoir un sérieux accident)

Le public est enthousiaste à tel point que la RATP commandera 89 SC 10 à plateforme et dans le même temps 18 municipalités de province dont Toulon, succomberont au charme de cette nouvelle version permettant à une dizaine de voyageurs de se tenir debout, le nez au vent.

En fait il sortira 2 versions avec des dispositions de portes différentes: le SC 10 244 DPA ( "D" pour porte décalée) et le SC 10 U 44 PA

En septembre 1975, un groupe de travail se constitue pour moderniser le SC 10 qui aboutira à une 2ème génération de SC 10, cette même année une grande lunette remplace les 2 vitres sur la face arrière.

En 1977, Saviem et Renault fusionnent pour devenir RVI (Renault Véhicules Industriels) ce qui entraînera en 1980 l'abandon définitif de la marque Saviem.

4 mars 1986 : célébration à Annonay du 10 000ème SC 10 remis solennellement à la RATP.

Saviem SC 10 R Le Mans Restos du coeur

 © Photo Roland Le Corff -Ci-contre un Saviem SC 10 R des Restos du cœur au Mans, un exemple de recyclage de ces formidables bus.

A l'automne 1981 est présenté le Renault SC 10 R ("R" pour restylé). Pas de changements révolutionnaires mais une nouvelle esthétique aux lignes plus tendues, plus modernes qui lui ont fait perdre toutes les rondeurs de sa face avant. Le pare-brise n'est plus cylindro-cyclique mais conserve une forme galbée à la partie supérieure. Les portes latérales sont désormais vitrées sur toute leur hauteur, il y'a 2 marches au lieu d'une et le confort thermique est amélioré ( ventilation, chauffage, dégivrage). A l'arrière, seuls les feux sont restylés. La motorisation reste inchangée. La nouvelle version restera 7 ans et demi en production.

Un grand succès limité à la France, ce bus n'eut hélas aucun succès à l'étranger, il n'y a guère que la ville de Brescia en Italie qui en ait acquis.

Cependant, beaucoup de SC 10 ont connu une nouvelle vie sur des réseaux étrangers grâce au marché de l'occasion : des SC 10 roulent au Cambodge, en Birmanie, en Albanie, en Roumanie, en Russie et dans de nombreux pays d'Afrique et du Magrehb.

Bilan : 24 années de production et 11 004 exemplaires construits dont un peu plus de 3000 restylés. Ce volume a longtemps constitué un record avant d'être battu par le PR-100 nouveau vétéran des réseaux français.IL faut dire que la RATP a été un client de premier ordre puisque qu'elle en a acquis à elle seule le nombre respectable de 5580 exemplaires entre octobre 1965 et octobre 1988.

Le dernier exemplaire est tombé de chaîne en mars 1989, à cette date circulaient dans les villes françaises 6023 unités dont 2627 en province et 3396 à Paris. Ce véhicule très fiable puisque certains circuleront pendant 20 ans est encore présent sur quelques réseaux mais le processus de réforme s'accélère et le SC 10 disparaît rapidement de nos rues. Il a en général été remplacé par des PR 100 et des R 312.

( *) D'où le nom de Standard 216 donné au site Internet de l'Histo bus Grenoblois : http://www.trans-com.net/standard216/index2.html  - La création de l'association a coincidé avec la réforme des derniers autobus Saviem SC10 de la régie des Voies Ferrées du Dauphiné et qui souhaitait récupérer le SC10 N° 216 des VFD ( voies Ferrées du Dauphiné)

 Résumé des caractéristiques techniques 

Constructeur SAVIEM puis Renault Véhicules Industriels -Usine d'Annonay -07-Ardèche
Châssis

Caisse-poutre

Carrosserie

pavillon en aluminium Duralinox

Places assises 27
Places debout 66
Nombre de places total 93
Accès Par 3 portes pliantes: 2 doubles à l'avant ( soit 4 vantaux) et au milieu et une simple à 2 vantaux à l'arrière. Sur les véhicules toulonnais, la montée s'effectuait par l'avant.
Longueur 11,045 m
Largeur 2,50 m
Hauteur 2,96 m
Hauteur intérieure dans l'axe du véhicule 2,20 m
Empattement 5,58 m
Porte-à-faux avant 2,53 m
Porte-à-faux arrière 2,695 m
Diamètre de giration 22 m
Boîte de vitesses

Boîte automatique Saviem R 107 à 3 rapports + démarrage + 1 AR- Boîte mécanique Saviem 332 à 5 ou 6 rapports + 1 AR - Boîte Wilson Pont-à-Mousson HVD 4 rapports avant + 1 AR à commande manuelle, mécanique, électrique ou automatique.

Poids à vide

8,10 t

P.T.C

15,00 t
Moteur M.A.N diesel à 6 cylindres horizontaux en ligne ( décalé sous le siège du conducteur) du N° 1 au N°1300 type D 0836 HM 8V de 7034 cm3 150 Ch à 2500 tr/ mn- A partir du N°1301 et jusqu'à la fin: moteur MAN D 0846 HM 82 U de 7258 cm3 160 Ch SAE à 2500 tr/ mn
Puissance 19 Ch fiscaux -165 Ch réels
Puissance -150 Ch puis 160 Ch réels à partir du N°1301
Vitesse Entre 50 et 85 Km/ h selon versions
Réservoir 200 litres
Roues et pneus simples ( non jumelées à l'arrière) - Pneumatiques 11.00 x 20

Diagrammes du SC 10 ( Charge Utile Magazine N°19 juillet 1994)  Cliquez pour agrandir

Sources : "1880  -1980: Un siècle de transports en commun dans l'agglomération toulonnaise" par Gabriel Bonnafoux (†) et Albert Clavel - Photos collection: Gabriel Bonnafoux - Michaël Dietrich  ASPTUIT- Denis Garel vice président de l’association ARTM  Les Amis du Rail et des Transports de Marseille - Documentation : divers sites Internet: Trans'bus : http://www.transbus.org/index.html  - AMTUIR :  http://www.amtuir.org/  - Série d'articles de Nicolas Tellier dans  Charge Utile Magazine N° 19 à 21, 23, 24 de juillet à décembre 1994.

Page créée le 05/06/2005  © Roland Le Corff -Version du 30/08/2009