Accueil  Home page  |   Plan du site   Toulon ma ville  |  Trolleybus de Toulon part 1 |  Trolleybus  Toulon part 2|  Vetra  |   Fiches techniques trolleybus Tramways de Toulon  | Tramways en couleurs |  Autobus |  Contact   |  Liens  |

LES TROLLEYBUS SUISSES OERLIKON DE TOULON (page 1)

Les Oerlikon sont traités sur 3 pages : page 1    page 2     page 3

La RMTT acquit fin 1949 ou au tout début 1950 , 2 protototypes de trolleybus de marque Oerlikon avec une carrosserie  MGT qui n'avaient pas pu trouver preneurs sur d'autres réseaux. Ces deux véhicules dont l'aspect était très différent des autres trolleybus tous fournis par Vétra, composant le parc de la RMTT, furent en quelque sorte des "OVNIS" sur le réseau toulonnais. Les photos des Oerlikon dans leur aspect d'origine sont d'ailleurs absolument rarissimes.

La société Oerlikon est un constructeur suisse réputé, spécialisé dans le matériel électrique, le matériel ferroviaire, surtout les locomotives (la première véritable locomotive électrique a été construite en Suisse, en 1891, par les ateliers Oerlikon)

 

Lors de la mise en service, la RMTT leur attribue les numéros de parc 19 et 20. Entre 1958 et 1960, les 2 "vilains petits canards" sont réformés et leurs équipements électriques sont montés dans des caisses d'autobus Chausson AP 522. L'une est récupérée sur un autobus du réseau, l'autre est achetée d'occasion; les 2 trolleybus prennent alors l'allure générale des autres VBC du réseau achetés en 1955.

On distingue cependant à coup sûr les 2 anciens Oerlikon à leur arrière bombé alors que les VBC-APU de conception plus moderne, ont un arrière droit. A cette occasion, ils sont renumérotés 69 et 70 puis quelques années plus tard, ils changeront à nouveau de numéros en devenant les N° 86 et 87.

 

Au tout début de leur activité, les 2 Oerlikon ont probablement desservi la première ligne de trolleybus mise en activité à partir de 1949, c'est-à-dire la N°3 Gare SNCF-Le Mourillon puis ce fut le tour de la ligne N°1 installée en 1952 (Gare SNCF-La Valette), complétée en 1954 pour réaliser la totalité du parcours de L'Escaillon à La Valette (sans passer par la Gare SNCF)

 

Les témoignages sur les Oerlikon sont encore plus rarissimes que leurs photos mais Jacques Visconti se souvient d'eux sur la ligne N°9 Gare-Pont du Suve : "Ils desservaient exclusivement la ligne 9. Ils partaient à la même heure, l'un de la gare, l'autre du rond-point du Pont-du-Suve et se croisaient bien sûr à mi-chemin. Ils n'étaient pas semblables aux autres et déjà, il les trouvait moches et d'un air vieillot"

Une fois reconditionnés, les 2 Oerlikon se cantonnèrent sans doute à la ligne 1 comme en témoignent les photos de Jean-Henri Manara prises en 1967.

Historique : C'est la la filiale française d'Oerlikon qui a équipé les 2 trolleybus dans son usine d'Ornans (Doubs) juste après guerre. Les 2 prototypes furent conçus sur des châssis différents : le premier sur un châssis d'autobus Panhard, le second sur une caisse-poutre Decauville.

 

1er prototype : le trolleybus Panhard-MGT-Oerlikon (1942-1949)  Ce trolleybus conçu dès 1942 ne fut achevé pour cause de guerre qu'en 1949. La caisse en acier riveté, est fabriquée par le célèbre carrossier Million-Guiet-Tubauto situé à Levallois-Perret qui habilla de nombreux autobus urbains (notamment Panhard, Somua ainsi que les trolleybus Jacquemond)

Elle est montée sur un châssis d'autobus Panhard K63 (modèle sorti vers en 1934-1935) . Elle comporte une porte à 2 vantaux à l’arrière et une porte semblable dans le porte-à-faux avant. L’équipement électrique Oerlikon est identique à celui des trolleybus contemporains de Zurich, avec un un moteur de traction type compound LC 29 de 71 kW. La photo ci-dessus donne sans doute une assez bonne idée de que ce à quoi ressemblait le prototype Panhard -MGT-Oerlikon, il s'agit en fait d'un photo-montage prenant pour base une photo de l'autobus lyonnais des TCRL, Le MGT B9 PU, premier autobus français à moteur arrière Panhard de 100 Ch sorti en 1951 auquel j'ai modifié la face avant et rajouté une embase et des perches. Racheté par le réseau de Toulon, on lui donna le numéro de parc, 19. Il fut réformé vers 1959 et tous ses équipements électriques furent transférés dans une caisse d'autobus Chausson AP 522, le nouveau véhicule prit alors en 1960 le N°69 puis fut plus tard renuméroté 86.

 

2ème prototype : trolleybus Decauville-MGT-Oerlikon (1952)  Oerlikon équipa un second prototype dont la caisse autoportante (caisse-poutre), est revêtue de panneaux en aluminium rivetés; c'est une réalisation commune entre Million-Guiet-Tubauto, Decauville et  l’Aluminium Français. L’équipement électrique Oerlikon est identique à celui du prototype précédent. Racheté également par le réseau de Toulon, on lui donna le numéro de parc 20. Réformé quelques années plus tard, tous ses équipements électriques furent transférés dans une caisse d'autobus Chausson AP 522, le nouveau véhicule prit alors en 1958 le N°70. Gabriel Bonnafoux indique qu'il fut assez vite réformé mais ce n'est pas exact puisqu'il fut plus tard renuméroté 87et on peut le revoir sous ce numéro sur les photos de Jean-Henri Manara prises en 1967.

Ci-dessus l'Oerlikon Decauville en état d'origine, prend la pose au Mourillon, sous la boucle de retournement du Petit-Bois au terminus de la ligne N° 3 (Gare SNCF-Le Mourillon). Ce qui est amusant, c'est que les plaques indicatrices ne correspondent absolument pas à la ligne N°3 mais à la N°9 :Gare-SNCF - Pont-du-Suve via le Pont de Saint-Jean du Var. C'est probablement pour les besoins de la photo illustrant le livre que l'on a positionné ce trolleybus à cet endroit. Il est équipé de portes à 4 vantaux, une à l'avant et une à l'arrière, les embases de perches sont très différentes de celles des Vétra.

Photo extraite d'un livre sur Decauville (Decauville, 1853-1953 - collection Georges Muller).

 

 

© Photo Google Street. Le même endroit de vu de nos jours, hormis la disparition des lignes aériennes de contact, l'endroit n'a pas beaucoup changé, le poteau bleu ciel qu'on aperçoit à gauche de la photo, juste au coin du mur de pierres, est bien un rescapé de l'époque des trolleybus. Il était l'un des supports des bifilaires, de nos jours il sert pour l'éclairage public. L'un des 'accès au parking des plages du Lido se situe juste en dessous de ce rond-point.

 

Immatriculations des 2 Oerlikon :

Numéro de parc

Immatriculation

Année immatriculation

19 puis 69 puis  86

505 EX 83

 1960

20 puis 70 puis 87

699 DT 83

 1958

 

 

 


Sources : "1880  -1980: Un siècle de transports en commun dans l'agglomération toulonnaise" par Gabriel Bonnafoux (†) et Albert Clavel - Georges Muller - Jacques Visconti -  Photos: collection Georges Muller  - Article d'Albert Clavel paru dans Charge Utile Magazine  N°107 : "Les trolleybus Toulonnais, 24 ans de traction électrique au soleil" - Christophe Puvilland : Berliet, 1905-1978 aux éditions Histoire & Collections page 221.

Ne manquez pas de consulter la fabuleuse collection de photos de bus, trolleybus, tramways, funiculaires, trains, téléphériques...de Jean-Henri Manara sur le site Flickr, des photos couleurs d'une grande rareté, datant même d'avant 1963 et d'une qualité exceptionnelle : suivre ce lien : jhm0284: Une véritable plongée dans l'histoire passée des transports de différents pays : France, Suisse, Belgique, Espagne, Portugal, Autriche, Pays Bas, pays scandinaves etc..

Page créée le 26/02/2012  © Roland Le Corff -Version du 11/05/2013